Accueil Nous sommes le Mercredi 22 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Aspects de la contrebasse solitaire par Anne Salliot (1994)

Aspects de la contrebasse solitaire - QUATRIEME PARTIE : Théâtre - La contrebasse

QUATRIEME PARTIE : Théâtre > La contrebasse

B- La contrebasse

Jacques Demierre écrit à propos du théâtre musical de Kagel : "L'instrument n'est plus exclusivement de musique, il peut devenir de théâtre, son échelle est mobile et s'adapte aux besoins du compositeur."1 Tout instrument possède ainsi des qualités théâtrales. La contrebasse pour plusieurs raisons, semble favorable à l'instauration d'une théâtralité.

Par tradition, la contrebasse est un instrument d' accompagnement. De ce fait, elle reste assez méconnue du public. Les pièces pour contrebasse seule, apparues dans la seconde moitié du vingtième siècle permettent une mise en valeur totale de l'instrument (et de l'instrumentiste). L'exécution de telles oeuvres revêt ainsi un aspect spectaculaire car il y a au départ une mauvaise connaissance de l'instrument, de ses ressources spécifiques, ce qui engendre une certaine curiosité de la part du spectateur.

Spectaculaires aussi sont ces modes de jeu apparus avec l'avènement d'un répertoire pour la contrebasse. Spectaculaires par le geste qui les engendre, ou par leurs effets. Les dimensions de l'instrument sont responsables de gestes parfois démesurés : jouer sur le cordier, la pique, ou le sillet oblige l'interprète à réaliser des gestes inhabituels dans un jeu traditionnel. Les effets sonores, nous l'avons vu dans le chapitre consacré au timbre de la contrebasse, sont des plus divers, et parfois encore favorable à l'effet théâtral. La contrebasse n'imite-t'elle pas tour à tour l'agneau, le bébé, le tigre, le lion, dans La dernière contrebasse à Las Vegas, de E. Kurtz ? Ces effets sont parfois spectaculaires mais pas systématiquement théâtraux, du moins dans l'intention du compositeur. Mais le public reçoit d'une façon différente les sonorités, les effets visuels.

Par son aspect même, la contrebasse peut être considérée comme théâtrale. "La contrebasse, c'est gros, c'est lourd, quand quelqu'un entre en scène, on a envie de rire... c'est burlesque en même temps."2 explique Joëlle Léandre. Les contrebassistes parlent de son "cou de girafe", de sa "petite tête"... La contrebasse est physiquement très présente. Patrick Süskind exagère t'il alors vraiment lorsqu'il fait dire à son personnage dans La contrebasse, que cet instrument est une personne supplémentaire dans une pièce : "elle est là qui surveille tout."3 Et de même, lorsque E. Kurtz écrit pour le récitant de La dernière contrebasse à Las Vegas : "Et si jamais vous vous sentez seul, elle vous tient compagnie tellement bien." La contrebasse assure une présence dans l'espace, favorable à l'élaboration d'une oeuvre théâtrale. Brian Ferneyhough écrit que "la prise de conscience de cette présence corporelle de l'instrument assimile celui-ci au décor scénique.4


1- J. Demierre. "Mauricio Kagel, entre musique et théâtre", Contrechamps, 4, avril 1985, p. 102.
2- Joëlle Léandre. Documentation CDMC.
3- Patrick Suskind. La contrebasse, Paris : Fayard pour la trad. française, 1989, p. 27.
4- Brian Ferneyhough, entretien avec Philippe Albera. "Parcours de l'oeuvre", Contrechamps, 8, février 1988, p. 29.

<< Précédent

Suite >>

- Table des matières
- Avant-propos
- Introduction
- PREMIERE PARTIE : Présentation de l'instrument
- DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture
- TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument
- QUATRIEME PARTIE : Théâtre
- Conclusion
- Bibliographie
- Annexes

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Musicien.

Musicien. — Joueur qui se plaint. (Langue verte.) (Voir Déchanter.)

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871