Accueil Nous sommes le Lundi 20 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Aspects de la contrebasse solitaire par Anne Salliot (1994)

Aspects de la contrebasse solitaire - QUATRIEME PARTIE : Théâtre - Les oeuvres concernées

QUATRIEME PARTIE : Théâtre > Les oeuvres concernées

C- Les oeuvres concernées

Certaines oeuvres considérées dans cette partie revêtent quelques aspects théâtraux sans être réellement apparentées au théâtre instrumental défini par Kagel. D'autres affichent plus franchement leur appartenance à un tel genre. Dans tous les cas, deux éléments caractéristiques des tendances théâtrales se distinguent, qui impliquent une nouvelle forme d'investissement de l'interprète :
- Le rejet des traditions du concert.
- La primauté du geste (geste instrumental, geste vocal).

Ces éléments constituent des critères décisifs dans le choix des oeuvres étudiées. Ils sont nécessaires (les deux éléments ne sont pas systématiquement réunis) et suffisants pour engendrer des effets théâtraux. La théâtralité qui s'instaure ne correspond pas systématiquement à l'effet recherché par le compositeur. Sharon Kanach écrit à propos de J'ai tant rêvé : "Des éléments considérés comme extra-musicaux (présence de l'interprète dans l'espace, le corps de l'instrument, voix de l'instrumentiste) sont intégrés pour définir un matériau purement musical et non pas théâtral." Comment considérer alors l'entrée sur scène de l'artiste portant sa contrebasse comme une croix ?

Voici un tableau des oeuvres répertoriées. Les oeuvres Concerto pour piano et orchestre de John Cage, Sonant de Kagel (pour guitare, harpe, contrebasse et instruments à peau) bien que n' appartenant pas au répertoire pour contrebasse seule, sont prises en compte, car elles ont introduit le geste instrumental et théâtral dans l'oeuvre musicale.

Les aspects théâtraux sont mis en valeur par un geste vocal (v.), un geste instrumental (i.), ou les deux (i. v.).

Date Oeuvre Compositeur i. v. i. v.
1959 Concerto pour piano et orchestre Cage   X  
1960 Sonant Kagel X    
1968 Improvisations Kurtz   X  
1969 Valentine Druckman X    
1974 Lignes interrompues Richer X    
1975 Alice Finissy   X  
1976 Gestique I Colin   X  
1978 Comme Shirley Piechowska     X
1979 J'ai tant rêvé Kanach X    
1979 Piège I Richer   X  
1981 Zab Boivin X    
1986 Processus II Finzi     X
1990 Silence IV Léandre     X
1991 Taxi Léandre     X

La théâtralisation de l'oeuvre musicale implique plusieurs faits. L'instrumentiste devient instrument, il est sollicité non seulement en tant que contrebassiste, mais également en tant que source sonore et théâtrale, comme son instrument. La contrebasse, dont la présence scénique est alors réellement considérée comme moyen de créer des effets, évolue dans l'espace. La notation est directement touchée par ces préoccupations (spatialisation, expressions théâtrales...). Elle doit pouvoir répondre aux nouvelles exigences du compositeur, et traduire ses intentions, les plus extravagantes parfois.

1- Sharon Kanach. Documentation CDMC.

<< Précédent

Suite >>

- Table des matières
- Avant-propos
- Introduction
- PREMIERE PARTIE : Présentation de l'instrument
- DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture
- TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument
- QUATRIEME PARTIE : Théâtre
- Conclusion
- Bibliographie
- Annexes

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Diable en terre (Musique à porter le).

Diable en terre (Musique à porter le). — Musique monotone, lugubre et interminable. (Argot des bourgeois.) L'origine de cette métaphore n'a pas été suffisamment établie. Quitard... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871