Accueil Nous sommes le Jeudi 23 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Aspects de la contrebasse solitaire par Anne Salliot (1994)

Aspects de la contrebasse solitaire - DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture - Scelsi et l'exploration du son

DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture > Scelsi et l'exploration du son

Deuxième partie

Quelques aspects de l'écriture

I- Scelsi et l'exploration du son
II- La dimension polyphonique
III-Virtuosité

I- Scelsi et l'exploration du son

A- A propos de Scelsi

Nous ne voulons pas tenter d'élaborer une biographie de Giacinto Scelsi. Le compositeur ne souhaitait guère parler de lui-même. Par contre, une présentation (brève) de sa conception de la musique, de la composition, de ses recherches concernant le son est nécessaire. C'est à partir des années cinquante que Scelsi se fait créateur d'un nouveau langage, du langage que nous lui connaissons, celui de l'exploration du son. Le son n'est plus défini uniquement par son timbre, sa hauteur, son intensité, et sa durée. Une déclaration de Scelsi rend compte de son point de vue.

"En plus le son est sphérique, mais en l'écoutant, il nous semble posséder seulement deux dimensions : hauteur et durée. La troisième, la profondeur, nous savons qu'elle existe mais dans un certain sens, elle nous échappe. Les harmoniques supérieurs et inférieurs nous donnent parfois l'impression d'un son vaste et plus complexe autre que celui de la durée ou de la hauteur, mais il nous est difficile d'en percevoir la complexité. D'ailleurs, musicalement, on ne saurait la noter. En peinture, on a bien découvert la perspective qui donne l'impression de la profondeur, mais en musique jusqu'à présent, malgré toutes les expériences stéréophoniques et les essais successifs de toutes sortes, on a réussi ni à échapper aux deux dimensions durée et hauteur, ni à donner l'impression de la réelle dimension."1

Cette réflexion du compositeur représente le coeur de sa démarche compositionnelle. L'intérêt est alors de savoir comment ce projet cohérent dans sa conception, mais complexe dans sa réalisation va se développer et avec quels moyens.

Une pluralité de notes s'avère inutile : les célèbres Quatro pezzi su una sola note convainquent de la richesse offerte par l'unicité du son. L'étude partielle des pièces de Scelsi pour contrebasse seule considèrent le traitement de ce son "unique".

Quatre oeuvres de Scelsi nous intéressent plus particulièrement : C'est bien la nuit, Le réveil profond, Macknongam, et Mantram. C'est bien la nuit (1972) et Le réveil profond (1976, dédiée à Joëlle Léandre) sont regroupées dans le recueil Nuits. Macknongam (1976) n'est pas écrite spécifiquement pour la contrebasse, mais pour instrument grave (avec voix non obligato), ou voix de basse. L'oeuvre la plus récente, Mantram (1987) est confiée à Joëlle Léandre. Avec l'indication, "fais en ce que tu voudras", Joëlle Léandre se permit de transcrire la pièce une quinte au-dessus du ton original. La tessiture est ainsi plus favorable à la basse. Alors que les trois oeuvres précédentes s'attachent à une note, parfois deux, Mantram revêt un caractère différent. Une mélodie simple, d'allure monodique, reposant sur les notes do ré mi, se développe, mais animée d'un esprit de recherche similaire aux autres oeuvres.

1- G. Scelsi, cité par E. Restagno."Scelsi et les sphinx sonores", livret du CD "Giacinto Scelsi", Salabert actuel, 1990, p.11.

<< Précédent

Suite >>

- Table des matières
- Avant-propos
- Introduction
- PREMIERE PARTIE : Présentation de l'instrument
- DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture
- TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument
- QUATRIEME PARTIE : Théâtre
- Conclusion
- Bibliographie
- Annexes

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Trompette (Bon cheval de).

Trompette (Bon cheval de). — Homme inaccessible à la peur et aux mauvais bruits qu'on peut répandre sur son compte. (Argot populaire.) Allusion au cheval de régiment qui ne... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871