Accueil Nous sommes le Jeudi 23 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Aspects de la contrebasse solitaire par Anne Salliot (1994)

Aspects de la contrebasse solitaire - Conclusion - Conclusion

Conclusion > Conclusion

Conclusion

Jusqu'alors relégués au fond de l'orchestre, ou parfois solistes accompagnés (pièces pour contrebasse et piano, ou pour contrebasse et orchestre), contrebasse et contrebassiste affrontent à présent, seuls, la scène. Le développement d'un répertoire pour contrebasse seule n'a pu être abordé sans évoquer quelques aspects de son passé. Celui-ci révèle effectivement une situation particulière. Instrument d'orchestre, la contrebasse parvient difficilement avant le vingtième siècle à se détacher de considérations malveillantes proférées à son égard. Quelques contrebassistes virtuoses ont su convaincre un public surpris de découvrir les richesses de cet instrument "d'orchestre". Cependant, il ne parvient pas à cette époque à s'imposer comme instrument soliste. Le passé de la contrebasse à lui seul pourrait ainsi justifier le désir de développer un répertoire pour contrebasse seule. D'autres facteurs contribuent encore à la mise en place du répertoire pour instrument seul.

L'effet sonore et l'effet théâtral se dégagent plus particulièrement de l'exécution de pièces pour contrebasse seule. Ils résultent d'une démarche compositionnelle, ou stimulent cette même démarche.

L'effet sonore provient avant tout d'une recherche constante de timbres inouïs. Avant même de s'attacher à une exploration maximale des ressources instrumentales, l'effet sonore original s'impose, parce que la contrebasse est seule, écoutée pour elle-même. Puis de la recherche de sonorités nouvelles découlent des modes de jeu divers , (du mode de jeu traditionnel au mode de jeu extravagant). L'effet sonore est lié au geste qui l'accompagne. Cette prise de conscience de la relation geste-son suggère deux démarches différentes : la pensée d'un geste peut provoquer un son , la pensée d'un son peut induire un geste. Dans ces deux processus, la sonorité est affectée. L'effet sonore résulte encore du type d'écriture adopté : écriture polyphonique (exemple de l'effet "d'amas sonore"), recherche de la profondeur du son... L'impact de l'effet sonore est permanent.

L'effet théâtral peut être réellement recherché ou alors il peut s'imposer comme une conséquence inévitable de l'écriture pour instrument seul. Dans les deux cas, il résulte d'un investissement hors du commun de l'interprète. Ainsi, la virtuosité "performance technique", caractéristique de la plupart des oeuvres pour instrument seul, entraîne l'interprète aux confins de ses possibilités. De cette sollicitation extrême découle une théâtralisation de la pièce. La fonction de l'interprète s'élargit : le contrebassiste "traditionnel" devient lui même source sonore, et acteur, par l'importance accordée à son geste. Cette nouvelle forme d'investissement suscite encore l'effet théâtral.

Effet sonore et effet théâtral ont ainsi constitué deux directions dans notre étude des oeuvres pour contrebasse seule, au détriment peut-être des aspects spécifiques de chaque oeuvre : les séquences d'"harmoniques éthérées" de Théraps de Xénakis , la construction parabolique de Episode huitième de Betsy Jolas, les éléments purement musicaux d'Alice M. Finissy... sont passées sous silence.

De même nous avons évoqué le répertoire pour contrebasse seule, comme témoin d'un regain d'intérêt pour cet instrument. Cependant, cette littérature est loin de constituer l'unique intérêt du répertoire. Pour une étude approfondie de la situation de la contrebasse au vingtième siècle, il s'avérerait enrichissant de considérer tous les genres de musique (musiques improvisées, musiques écrites), et dans des formations les plus diverses.

- contrebasse et dispositif électronique, contrebasses électriques
- contrebasse, et ensembles instrumentaux. La contrebasse peut être soliste, ou mêlée à d'autres instruments. A-t-elle alors une fonction particulière ?
- ensembles de contrebasses (Orchestre de contrebasses, Carré de basses, oeuvres pour plusieurs contrebasses...)

Enfin, le comportement spécifique des contrebassistes (dynamisme, potentiel créatif...)pourrait constituer un nouvel axe de recherche dans l'étude de la situation de la contrebasse.

L'existence d'associations telles que l' International society of bassists aux Etats-Unis, l'Association des contrebassistes de France, MC2 Octo-Bass, la mise en place de festivals et de rencontres (Festival international de la contrebasse, Rencontres internationales de contrebasses de Cap Breton), l'illustrent admirablement.

1- Barry Guy, cité dans Xénakis. Théraps, Paris : Salabert, 1976, notes pour l'interprétation.

<< Précédent

Suite >>

- Table des matières
- Avant-propos
- Introduction
- PREMIERE PARTIE : Présentation de l'instrument
- DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture
- TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument
- QUATRIEME PARTIE : Théâtre
- Conclusion
- Bibliographie
- Annexes

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Fredonneur.

Fredonneur. — Spectateur chantant entre ses dents avec l'acteur en scène, pour se donner l'air d'un connaisseur. (Argot des dilettantes.) Méry, placé à l'opéra à côté d'un... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871