Accueil Nous sommes le Jeudi 23 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Aspects de la contrebasse solitaire par Anne Salliot (1994)

Aspects de la contrebasse solitaire - DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture - Nouvelles techniques pour des nouveaux modes de jeu

DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture > Nouvelles techniques pour des nouveaux modes de jeu

C- Nouvelles techniques pour des nouveaux modes de jeu

L'exécution d'une oeuvre de musique contemporaine demande à l'interprète de s'adapter à un nouveau langage. La notation est souvent transformée, les exigences du compositeur différentes, de nouvelles techniques se développent que le contrebassiste doit maîtriser. La frontière entre techniques du passé et techniques récentes est floue. Une étude des modes de jeu montre l'emprise du passé, les techniques traditionnelles ne sont pas reniées, elles subissent une réactualisation.

Le développement du pizzicato implique un jeu de main droite particulier, directement empreint de techniques qui semblaient spécifiques au jazz. Les oeuvres In et Out de Dusapin, Fantasia Oscura de Marc Monnet, Cinq algorithmes de Philippe Boivin (Interpolation) utilisent le mode de jeu pizzicato traditionnel de façon virtuose (sans que les pièces ne s'apparentent systématiquement au style jazz). Marc Monnet, par exemple, précise dans la partition Fantasia Oscura : "le plus rapide possible avec un pizz le plus sec possible en gardant une articulation la plus claire possible."

Le développement des ressources percussives de la contrebasse amène encore l'interprète à découvrir, à se soumettre à de nouveaux modes de jeu qui s'éloignent de l'utilisation traditionnelle de la contrebasse. La recherche du son demandé est inaccoutumée pour un instrumentiste à cordes. Techniquement, les modes de jeux percussifs peuvent représenter une réelle difficulté. Dans Zab, les exigences gestuelles sont extrêmement précises, le contrebassiste doit par son jeu évoquer le joueur de zarb.

Le mode de jeu peut consister à faire participer l'interprète lui même, devenu source sonore. Une nouvelle forme de virtuosité se développe. Nous ne parlons pas ici des qualités théâtrales, que doit posséder le contrebassiste, mais de la difficulté pour lui, de mener deux actions simultanées : celle de jouer tout en parlant, en chantant, tout en utilisant son propre corps à des fins sonores. Cette écriture demande de la part de l'interprète une indépendance entre sa voix et son jeu instrumental. Dans le répertoire pour contrebasse seule, les compositeurs s'attachent fréquemment à ce type d'écriture qui donne à l'interprète une double fonction. Bertram Turetzky évoque à ce propos, la pièce Failing du compositeur américain, Johnson1. Cette pièce associe jeu instrumental et voix de l'interprète d'une façon très virtuose. Le sujet du texte à réciter concerne lui-même cette virtuosité, et les risques pour le "récitant-contrebassiste" de se tromper. Joëlle Léandre explique : "La pièce est très difficile , et on a le droit de se tromper, de s'arrêter puisque c'est le fait même de la pièce. Mais en même temps, le texte dit qu'il faut continuer à se tromper, donc la pièce continue..! "2

Les techniques appelées "nouvelles" ne relèvent pas systématiquement de la performance technique. La virtuosité reste présente, car l'interprète doit toujours s'adapter à l'écriture en respectant les exigences du compositeur. Jouer sur les éléments rattachés à la contrebasse (attache-cordier, cordier, pique, sillet...) constituent une difficulté dès l'instant où le contrebassiste s'attache à traduire les intentions du compositeur. D'autres difficultés apparaissent dans l'enchaînement de modes de jeu différents.

Un tableau situé en annexe3 répertorie quelques modes de jeu propres à la musique contemporaine.

La virtuosité n'est pas simplement performance technique, elle correspond également à la qualité d'interprétation du contrebassiste, à sa capacité "d'intégrer les techniques traditionnelles aux techniques récentes, et de passer des unes aux autres dans une oeuvre avec vélocité."4 La virtuosité peut encore être recherchée , pour la dimension expressive qu'elle confère à l'oeuvre. Elle constitue une source d'émotion, et "stimule de nouvelles possibilités d'écriture."5


1- Conférence, Festival international de contrebasse, Avignon, août 1994.
2- Ibid.
3- Annexe 2 p. VII
4- Philippe Albera. "Introduction aux neuf Sequenzas de Berio", Musique en jeu, 1, septembre 1983, p. 91.
5- Martine Cadieu, "Entretien avec Betsy jolas", Les lettres françaises, février 1968.

<< Précédent

Suite >>

- Table des matières
- Avant-propos
- Introduction
- PREMIERE PARTIE : Présentation de l'instrument
- DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture
- TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument
- QUATRIEME PARTIE : Théâtre
- Conclusion
- Bibliographie
- Annexes

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Flafla (Faire du).

Flafla (Faire du). —Faire de l'embarras. (Argot populaire.) On disait autrefois faire le palalan. Flafla est une onomatopée du bruit du tambour.

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871