Accueil Nous sommes le Lundi 20 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Mémoires de Hector Berlioz MÉMOIRES DE HECTOR BERLIOZ - VOYAGE EN DAUPHINÉ. Deuxième pèlerinage à Meylan. — Vingt-quatre heures à Lyon. — Je revois M<sup>me</sup> F****** — Convulsions de cœur. (1/13) > VOYAGE EN DAUPHINÉ. Deuxième pèlerinage à Meylan. — Vingt-quatre heures à Lyon. — Je revois Mme F****** — Convulsions de cœur. (1/13)

VOYAGE EN DAUPHINÉ

Deuxième pèlerinage à Meylan. — Vingt-quatre heures à Lyon. — Je revois Mme F****** — Convulsions de cœur.

J’ai rarement souffert de l’ennui autant que pendant les premiers jours du mois de septembre dernier, 1864. Presque tous mes amis avaient, selon l’usage à cette époque de l’année, quitté Paris. Stephen Heller, ce charmant humoriste, musicien lettré, qui a écrit pour le piano un si grand nombre d’œuvres admirables, dont l’esprit mélancolique et les ardeurs religieuses pour les vrais dieux de l’art ont pour moi un si puissant attrait, était seul resté. Mon fils, par bonheur, arriva bientôt après du Mexique et put me donner quelques jours. Il n’était pas gai, lui non plus, et nous mettions souvent, Heller, Louis et moi, nos tristesses en commun. Un jour nous allâmes dîner ensemble à Asnières. Vers le soir, en nous promenant au bord de la Seine, nous parlions de Shakespeare et de Beethoven, et nous arrivâmes, il m’en souvient, à une extrême exaltation; mon fils y prenait part quand il s’agissait de Shakespeare seulement, Beethoven lui étant encore inconnu. Mais, en somme, nous convînmes tous les trois qu’il est bon de vivre pour adorer le beau, et que si nous ne pouvons pas détruire et anéantir le contraire du beau, il faut nous contenter de le mépriser, et tâcher de le connaître le moins possible. Le soleil se couchait; après avoir marché quelque temps, nous allâmes nous asseoir dans l’herbe sur le bord de la rivière, en face de l’île de Neuilly. Comme nous nous amusions à suivre de l’œil les capricieuses évolutions des hirondelles se jouant au-dessus des ondes de la Seine, je m’orientai tout d’un coup et je reconnus le lieu où nous nous trouvions. Je regardai mon fils... je pensai à sa mère... Je m’étais assis dans la neige et presque endormi au même endroit trente-six ans auparavant, pendant un de mes vagabondages désespérés autour de Paris. Je me rappelai alors la froide exclamation d’Hamlet apprenant que la morte dont le convoi entre au cimetière, est la belle Ophélie qu’il n’aime plus : « What! the fair Ophelia! » « Il y a bien longtemps, dis-je à mes deux amis, qu’un jour d’hiver je faillis me noyer ici même, en voulant traverser la Seine sur la glace. J’errais sans but dans les champs dès le matin... » Louis soupira.....

La semaine suivante mon fils dut me quitter, son congé expirait. — Je me sentis pris alors d’un vif désir de revoir Vienne, Grenoble, et surtout Meylan, et mes nièces et... quelqu’un encore, si je pouvais découvrir son adresse. Je partis. Mon beau-frère Suat et ses deux filles, que j’avais prévenus la veille, me reçurent au débarcadère du chemin de fer de Vienne et me conduisirent bientôt après à Estressin, campagne peu éloignée de la ville, où ils vont passer trois ou quatre mois tous les étés. C’était une grande joie pour ces charmantes enfants, dont l’une a dix-neuf ans et l’autre vingt et un; joie qui fut un peu troublée, au moment où, entrant dans le salon de la maison de Vienne, j’aperçus le portrait de leur mère, ma sœur Adèle, morte quatre ans auparavant. Mon saisissement fut grand et douloureux. Pour elles et leur père, ce fut avec un pénible étonnement qu’ils en furent témoins. Ce salon, ces meubles, ce portrait, étaient depuis longtemps sous leurs yeux chaque jour; l’habitude, hélas! avait déjà émoussé pour eux les traits du souvenir, le temps avait agi... Pauvre Adèle! quel cœur! son indulgence était si complète et si tendre pour les aspérités de mon caractère, pour mes caprices même les plus puérils!... Un matin, à mon retour d’Italie, nous nous trouvions réunis en famille à La Côte Saint-André; il pleuvait à verse; je dis à ma sœur :

« — Adèle, veux-tu venir te promener ?
— Volontiers, cher ami; attends-moi, je vais mettre des galoches.
— Mais voyez donc, dît ma sœur aînée, ces deux fous; ils sont capables d’aller, comme ils le disent, patauger dans la campagne par un pareil temps. »

En effet, je pris un grand parapluie, et, sans tenir compte des railleries de tous, nous descendîmes Adèle et moi, dans la plaine, où nous fimes près de deux lieues, serrés l’un contre l’autre sous le parapluie, sans dire un mot. Nous nous aimions.

Je passai quinze jours assez tranquilles avec mes nièces et leur père, dans cette solitude d’Estressin. Mais j’avais prié mon beau-frère de prendre à Vienne des informations sur Mme F****** et de découvrir son adresse à Lyon; il y parvint. Aussitôt, n’y tenant plus, je partis pour Grenoble d’où je m’acheminai vers Meylan, comme j’avais fait une première fois seize ans auparavant.

...... Une certaine anxiété secrète me faisait hâter le pas. Voilà déjà le vieux Saint-Eynard qui montre à l’horizon au-dessus des autres monts sa tête demi-chauve. Je vais revoir la petite maison blanche et le paysage qui l’entoure, et demain... demain... je serai à Lyon et je verrai Estelle elle-même! Est-ce bien possible ?...

Arrivé à Meylan, je ne me trompe pas de chemin cette fois, en gravissant la montagne; je retrouve bien vite la fontaine, l’allée d’arbres et enfin la maison. Tout m’était présent comme si j’y fusse venu la veille. Il n’y avait que seize ans. Je passe devant l’avenue et je monte sans me retourner jusqu’à la tour. Une végétation luxuriante couvrait les coteaux voisins, les vignes étalaient leurs pampres mûrs. Arrivé à grand-peine au pied de la tour, je me retourne, comme autrefois, et j’embrasse encore d’un coup d’œil la belle vallée. Je m’étais assez bien contenu jusque-là, me bornant à murmurer à voix basse : Estelle! Estelle! Estelle! mais alors une oppression accablante me fait tomber à terre, où je reste longtemps étendu, écoutant, dans une mortelle angoisse, ces mots atroces que chaque battement de mes artères fait retentir dans mon cerveau : Le passé! le passé! le temps!... jamais! jamais!... jamais!

<< Précédent

Suite >>

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Perte d'oreille (A).

Perte d'oreille (A). — Argotisme parodiant le A perte de vue, pour exprimer l'au delà de la limite des sons perceptibles.

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871