Accueil Nous sommes le Jeudi 23 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Mémoires de Hector Berlioz MÉMOIRES DE HECTOR BERLIOZ - LVII. Paris. — Je fais nommer à la direction de l’Opéra MM. Roqueplan et Duponchel. — Leur reconnaissance. — La Nonne Sanglante. — Je pars pour Londres. — Jullien, directeur de Drury-Lane. — Scribe. — Il faut que le prêtre vive de l’autel. (1/4) > LVII. Paris. — Je fais nommer à la direction de l’Opéra MM. Roqueplan et Duponchel. — Leur reconnaissance. — La Nonne Sanglante. — Je pars pour Londres. — Jullien, directeur de Drury-Lane. — Scribe. — Il faut que le prêtre vive de l’autel. (1/4)

LVII

Paris. — Je fais nommer à la direction de l’Opéra MM. Roqueplan et Duponchel. — Leur reconnaissance. —  La Nonne Sanglante. —  Je pars pour Londres. — Jullien, directeur de Drury-Lane. —  Scribe. —  Il faut que le prêtre vive de l’autel.

À mon retour en France, je me hâtai d’aller passer quelques jours dans ma famille, dont j’étais éloigné depuis si longtemps, et présenter à mon père son petit-fils qu’il ne connaissait pas encore. Pauvre Louis! quel bonheur pour lui d’être ainsi tendrement accueilli par tous ses grands-parents, par nos vieux domestiques, de courir les champs avec moi, un petit fusil à la main! Il m’en parlait avant-hier dans une lettre datée des îles Aland, et appelait ces quinze jours passés à la Côte-Saint-André les plus heureux de sa vie... Et le voilà marin, sur un navire de la flotte anglo-française, qui bloque les ports russes dans la Baltique, et toujours à la veille d’une bataille navale, cet enfer sur l’eau. Cette idée me bouleverse le cœur et la tête... heureux les gens qui n’aiment rien... C’est lui qui a choisi cette carrière. Pouvais-je m’y opposer ?... Car c’est une noble et belle carrière après tout. D’ailleurs on ne prévoyait pas alors la guerre... Ces innombrables et affreux moyens de destruction! Il faut espérer qu’il en sortira sain et sauf... Ces pièces de canon énormes qu’il est obligé de servir! ces boulets rouges! ces fusées à la congrève! cette pluie de mitraille! l’incendie! les voies d’eau! les explosions de la vapeur!... Ah! j’en deviendrai fou!..... je ne puis plus écrire!...

. . . . . . . . . . . . . .

DEUX JOURS PLUS TARD

J’y pense toujours. Parlons d’autre chose. Un combat naval... moderne... mon récit marche si lentement. C’est si ennuyeux à écrire, et sans doute aussi à lire. À quoi cela servira-t-il ?... Abrégeons, autant que possible, les faits, sans réflexions ni commentaires. Pauvre cher enfant! 

Après cette excursion en Dauphiné, je revins à Paris. On bombarde... Bomarsund... il est peut-être au milieu du feu en ce moment..... 

M. Léon Pillet allait quitter la direction de l’Opéra. M. Nestor Roqueplan et l’éternel Duponchel s’étaient associés et unissaient leurs efforts pour obtenir sa succession. Ils vinrent me trouver.

« — Vous savez, me dirent-ils, que M. Pillet ne peut plus rester à l’Opéra; nous avons des chances pour y entrer (Duponchel pouvait dire : pour y rentrer); mais le ministre de l’Intérieur ne nous est pas favorable, et vous seul pouvez, par l’intervention du directeur du Journal des Débats, changer, à notre égard, ses dispositions. Voulez-vous demander à M. Armand Bertin de faire une démarche auprès du ministre ? Si, par suite, nous sommes nommés, nous vous offrirons une belle position à l’Opéra; nous vous donnerons la haute direction de la musique dans ce théâtre et, en outre, la place de chef d’orchestre. 
— Pardon, cette place est occupée par M. Girard, un de mes anciens amis, et à aucun prix je ne voudrais la lui faire perdre. 
— Eh bien, il faut deux conducteurs à l’Opéra, nous ne voulons pas conserver le second, qui n’est bon à rien, et nous partagerons alors en deux parties égales, entre M. Girard et vous, les fonctions de chef d’orchestre. Laissez faire... tout sera arrangé à votre satisfaction. »

Séduit par ces belles paroles, j’allai voir M. Bertin. Après quelque hésitation, causée par son peu de confiance dans les deux solliciteurs, il consentit à parler pour eux au ministre. Ils furent nommés. 

Dès les premiers jours de leur installation, les avanies de toute espèce commencèrent pour moi à l’Opéra. Roqueplan me donnait des rendez-vous et ne s’y trouvait pas; Duponchel l’imitait. On me faisait faire antichambre pendant deux heures; puis, quand l’un des directeurs arrivait enfin, il regrettait l’absence de son associé, déclarant ne pouvoir parler d’affaires sans lui. Je compris bien vite l’arrière-pensée de ces messieurs. De tels procédés me remplissaient d’une indignation que l’on concevra sans peine, mais je la contenais cependant, résolu à voir jusqu’où ils pousseraient la franchise. Je m’obstinai, comme on dit, à les mettre au pied du mur, et j’y parvins. Après je ne sais combien d’allées, de venues, de rendez-vous manqués, il fallut bien finir par nous trouver tous les trois en présence, et alors commença fort clairement la palinodie. On ne savait comment faire pour me créer une position à l’Opéra, on pourrait peut-être me confier la direction des chœurs, mais je ne joue pas du piano, et cela est nécessaire pour faire les répétitions. Girard ne voulait point admettre dans la direction de l’orchestre une autorité égale à la sienne : « Un trône, disait-il, ne se partage pas » (Roi d’Yvetot!), etc., etc. Bref, on était fort empêché. Mais voici le bouquet!

<< Précédent

Suite >>

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Tire-larigot (Boire à).

Tire-larigot (Boire à). — Boire avec excès. (Argot populaire.) Le larigot ou l'arigot était un flageolet, à six trous et sans clef, en usage vers le XVe siècle.... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871