Accueil Nous sommes le Dimanche 19 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Argot musical ARGOT MUSICAL - Blouser les timbales. > Blouser les timbales.

Blouser les timbales. — En jouer. (Argot d'orchestre.) Mimologisme dont l'origine remonte au jeu de billard qui contenait autrefois des ouvertures, appelées blouses, où les billes allaient se perdre avec bruit. Les blouses du billard ont elles-mêmes emprunté leur nom au jeu d'estœuf ou de paume. Dans son dictionnaire étymologique, Roquefort parle de « Jeux, appelés blouses à Orléans, pour le son, de l'estœuf heurtant dans le fond de ces lieux caves, au bout desquels il y a des nattes pour rabattre le coup, afin qu'il ne rejaillist dans le jeu; ains tombast dans le trou de la blouse. »

Plusieurs artistes distingués ont débuté dans la carrière musicale par l'emploi de timbalier. Tels sont, entre autres, le célèbre ténor Duprez et le compositeur Adolphe Adam. « Le spirituel auteur du Chalet, dit M. Oscar Comettant, m'a avoué qu'il s'était plus d'une fois blousé lui-même en blousant ses timbales. »

Citons encore le plus excentrique des timbaliers de l'orchestre de l'Opéra, auteur de la musique de plusieurs ballets remarquables. Le nom baroque de cet artiste faisait son désespoir. On l'appelait au théâtre Chênecerf. Il voulait qu'on l'appelât Bertrand et il mettait sur ses cartes de visite :

SCHNEITZHŒFFER
(Prononcez Bertrand.)

Il voulut quitter sa place de timbalier qui lui était devenue insupportable, mais Habeneck, tenant à le conserver, refusa d'accepter sa démission. Schneitzhœffer résolut alors de se faire renvoyer.

« Un soir, raconte F. Halévy, pendant la représentation d'un ballet, il exécuta, au moment le plus paisible d'un pas de deux gracieux, un formidable roulement de timbales, qu'il soutint avec fougue pendant deux minutes, à la grande stupéfaction d'Habeneck, des danseuses et du public, jeta à plusieurs reprises ses baguettes en l'air, les reçut comme un jongleur et quitta l'orchestre. »
(Derniers souvenirs. F. Halévy.)

<< Précédent

Suite >>

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Sabot.

Sabot. — Mauvais instrument à cordes ne résonnant pas mieux qu'un escarpin de Limousin sur lequel on se serait avisé de monter un cordier. Remarquez que l'on dit, pour la même... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871