Accueil Nous sommes le Mercredi 22 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Mémoires de Hector Berlioz MÉMOIRES DE HECTOR BERLIOZ - POST-SCRIPTUM. Lettre adressée avec le manuscrit de mes mémoires à M. *** qui me demandait des notes pour écrire ma biographie. (1/5) > POST-SCRIPTUM. Lettre adressée avec le manuscrit de mes mémoires à M. *** qui me demandait des notes pour écrire ma biographie. (1/5)

POST-SCRIPTUM

Lettre adressée avec le manuscrit de mes mémoires à M. *** qui me demandait des notes pour écrire ma biographie1.

Monsieur,

Vous désirez connaître les causes de l’opposition que j’ai rencontrée à Paris comme compositeur pendant vingt-cinq ans. Ces causes furent nombreuses; fort heureusement elles ont en partie disparu2. La bienveillance de toute la presse (en exceptant la Revue des Deux-Mondes, dont la critique musicale est confiée à un monomane, et dont le directeur m’honore de sa haine) à l’occasion de mon dernier ouvrage l’Enfance du Christ, semble le prouver. Plusieurs personnes ont cru voir dans cette partition un changement complet de mon style et de ma manière. Rien n’est moins fondé que cette opinion. Le sujet a amené naturellement une musique naïve et douce, et par cela même plus en rapport avec leur goût et leur intelligence, qui, avec le temps, avaient dû en outre se développer. J’eusse écrit l’Enfance du Christ de la même façon il y a vingt ans.

La principale raison de la longue guerre qu’on m’a faite est dans l’antagonisme existant entre mon sentiment musical et celui du gros public parisien. Une foule de gens ont dû me regarder comme un fou, puisque je les regarde comme des enfants ou des niais. Toute musique qui s’écarte du petit sentier où trottinent les faiseurs d’opéras-comiques fut nécessairement, pendant un quart de siècle, de la musique de fou pour ces gens-là. Le chef-d’œuvre de Beethoven (la 9e symphonie) et ses colossales sonates de piano, sont encore pour eux de la musique de fou.

Ensuite j’ai eu contre moi les professeurs du Conservatoire ameutés par Cherubini et par Fétis, dont mon hétérodoxie en matière de théories harmoniques et rythmiques avait violemment froissé l’amour-propre et révolté la foi. Je suis un incrédule en musique, ou, pour mieux dire, je suis de la religion de Beethoven, de Weber, de Gluck, de Spontini, qui croient, professent et prouvent par leurs œuvres que tout est bon ou que tout est mauvais; l’effet produit par certaines combinaisons devant seul les faire condamner ou absoudre.

Maintenant les professeurs même les plus obstinés à soutenir l’autorité des vieilles règles s’en affranchissent plus ou moins dans leurs œuvres.

Il faut compter encore parmi mes adversaires les partisans de l’école sensualiste italienne, dont j’ai souvent attaqué les doctrines et blasphémé les dieux.

Aujourd’hui je suis plus prudent. J’abhorre toujours, comme je les abhorrais autrefois, ces opéras proclamés par la foule des chefs-d’œuvre de musique dramatique, mais qui sont pour moi d’infâmes caricatures du sentiment et de la passion; seulement j’ai la force de n’en plus parler.

Toutefois ma position de critique continue à me faire de nombreux ennemis. Et les plus ardents dans leur haine sont moins encore ceux dont j’ai blâmé les œuvres, que ceux dont je n’ai pas parlé ou que j’ai mal loués. D’autres ne me pardonneront jamais certaines plaisanteries. J’eus l’imprudence, il y a dix-huit ou vingt ans, de faire la suivante à propos d’un très-plat petit ouvrage de Rossini. Ce sont trois cantiques intitulés : la Foi, l’Espérance et la Charité. Après les avoir entendus, j’écrivis je ne sais où, en parlant de l’auteur : Son Espérance a déçu la nôtre, sa Foi ne transportera pas des montagnes, et quant à la Charité qu’il nous a faite elle ne le ruinera pas.

Vous jugez de la fureur des rossinistes; bien que j’eusse écrit ailleurs une longue analyse admirative de Guillaume Tell, et répété à satiété que le Barbier est un des chefs-d’œuvre du siècle.

1. Il s’est bien gardé d’en profiter : son livre est rempli de contes absurdes et d’extravagantes appréciations.

2. Elles sont revenues maintenant, et l’opposition est plus acharnée que jamais. 1864.

<< Précédent

Suite >>

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Voix (Être en).

Voix (Être en). — Être disposé à chanter. Le deuxième consul, Cambacérès, donnait une fête à laquelle se trouvaient:beaucoup d'artistes. Elle touchait à sa fin, lorsque le consul... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871