Accueil Nous sommes le Jeudi 23 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Mémoires de Hector Berlioz MÉMOIRES DE HECTOR BERLIOZ - LVI. Retour à Saint-Pétersbourg. — Deux exécutions de Roméo et Juliette au grand-théâtre. — Roméo dans son cabriolet. — Ernst. — Nature de son talent. — L’action rétroactive de la musique. (1/3) > LVI. Retour à Saint-Pétersbourg. — Deux exécutions de Roméo et Juliette au grand-théâtre. — Roméo dans son cabriolet. — Ernst. — Nature de son talent. — L’action rétroactive de la musique. (1/3)

LVI

Retour à Saint-Pétersbourg. — Deux exécutions de Roméo et Juliette au grand-théâtre. — Roméo dans son cabriolet. — Ernst. — Nature de son talent. — L’action rétroactive de la musique.

En arrivant sur les bords du Volga, je vis pour la première fois la débâcle d’un fleuve de Russie au dégel. Il fallut rester cinq heures sur la rive gauche à attendre que la masse des glaces fût moins compacte; et quand enfin la traversée fut tentée dans une barque qu’on faisait exprès osciller de droite à gauche et de gauche à droite pour faciliter son passage au travers des blocs, le mouvement lent mais irrésistible des glaçons, la petite crépitation mystérieuse qu’ils produisaient en flottant, la charge excessive du bateau encombré de malles, l’air inquiet et les cris de nos conducteurs me charmèrent, je l’avoue, très-médiocrement, et je respirai avec un véritable plaisir en mettant pied à terre sur l’autre rive.

Le soleil se montrait déjà sans trop de réserve, mais malgré sa pâleur, dans les villages que la malle traversait, je vis plusieurs fois des enfants nus en chemise, jouer et se rouler sur des monceaux de neige, comme font les nôtres en été sur les meules de foin. Les Russes ont l’enfer au corps.

Aussitôt de retour à Saint-Pétersbourg, je commençai, au grand théâtre, les répétitions chorales de Roméo et Juliette. Quand le projet de monter cet ouvrage eut été accueilli par M. Guédéonoff :

« — Combien de répétitions me donnerez-vous ? dis-je à Son Excellence.
— Combien ? parbleu! autant que vous en voudrez. On répétera chaque jour, et quand vous viendrez me dire : tout va bien! on annoncera le concert, mais pas avant.
— À la bonne heure, nous prenons les grands moyens, cela va marcher. » Dans le fait, je l’ai déjà dit, cette symphonie ne peut être rendue, même passablement, si l’on n’en fait pas une étude régulière et suivie, comme d’un opéra qui doit être chanté par cœur. Et voilà pourquoi elle a été rarement exécutée avec autant d’aplomb, de verve et de grandeur qu’à Saint-Pétersbourg.

J’avais un chœur d’hommes colossal, et, pour les soprani et contralti, soixante jeunes femmes douées de voix fraîches et sonores, assez bonnes musiciennes, qu’on avait prises dans le chœur de l’Opéra italien, de l’Opéra allemand et dans l’école des théâtres, espèce de conservatoire où l’on enseigne aux élèves la musique, le français, et les habitudes dramatiques.

Les Capulets répétaient d’un côté, les Montaigus de l’autre et le Prologue était étudié dans un troisième local. Quand enfin chaque choriste sut presque par cœur sa partie, je réunis les trois chœurs, et l’ensemble de cette masse de voix dans le grand finale fut on ne peut plus satisfaisant. J’avais en outre Versing pour le rôle du père Laurence, Mme Walcker pour les strophes du contralto dans le prologue et Holland (un spirituel acteur qui dit le débit musical avec une rare intelligence) pour le scherzetto de la Fée Mab. C’était impérialement organisé; l’exécution devait être, et elle fut merveilleuse. Je me la rappelle comme une des grandes joies de ma vie. De plus j’étais si bien disposé ce jour-là, qu’en dirigeant j’eus le bonheur de ne pas faire une faute, ce qui m’arrivait alors rarement. Le grand théâtre était plein; les uniformes, les épaulettes, les casques, les diamants étincelaient, ruisselaient de toutes parts. On me rappela je ne sais combien de fois. Mais je ne faisais pas grande attention, je l’avoue, au public, ce jour-là; et l’impression de ce divin poème shakespearien que je me chantais à moi-même, fut telle qu’après le finale je courus tout frémissant me réfugier dans une chambre du théâtre, où quelques instants après Ernst me trouva pleurant à flots. « Ah! me dit-il, les nerfs! je connais cela! » Et s’approchant de moi, il me soutint la tête, et me laissa pleurer comme une fille hystérique, pendant un grand quart d’heure. Figurez-vous un bourgeois de la rue Saint-Denis, à Paris, et un directeur de l’Opéra (de Paris toujours) témoins d’une crise pareille. Tâchez de deviner ce qu’ils comprendront à cet orage d’été éclatant avec ses torrents et ses feux électriques dans le cœur de l’artiste; à tous ces vagues souvenirs de jeunesse, de premières amours, de ciel bleu d’Italie, refleurissant dans son âme sous les ardents rayons du génie de Shakespeare; à cette apparition de la Juliette toujours rêvée, toujours cherchée, et jamais obtenue; à cette révélation de l’infini dans l’amour et dans la douleur; à cette joie enfin d’avoir éveillé dans le monde mélodique quelques lointains échos des voix de ce ciel de la poésie..... puis mesurez la rondeur de leurs yeux et l’ébahissement de leur bouche... si vous pouvez!... Seulement le premier bourgeois dira : « Ce monsieur est malade, je vais lui envoyer un verre d’eau sucrée. » Et le second : « Il se manière, je vais le recommander au Charivari...»

<< Précédent

Suite >>

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Vesse.

Vesse. — Musique de basson. Allusion au vent sortant de la Vèse, outre de peau dont les cornemuseurs bourguignons garnissent leur instrument. Leurs ancêtres... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871