Accueil Nous sommes le Dimanche 19 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Mémoires de Hector Berlioz MÉMOIRES DE HECTOR BERLIOZ - LIV.</b> <b>Concert à Breslau. — Ma légende de la <i>Damnation de Faust.</i> — Le livret. —  Les critiques patriotes allemands. — Exécution de la <i>Damnation de Faust</i>, à Paris. — Je me décide à partir pour la Russie. — Bonté de mes amis. (1/3) > LIV. Concert à Breslau. — Ma légende de la Damnation de Faust. — Le livret. —  Les critiques patriotes allemands. — Exécution de la Damnation de Faust, à Paris. — Je me décide à partir pour la Russie. — Bonté de mes amis. (1/3)

LIV

Concert à Breslau. — Ma légende de la Damnation de Faust. — Le livret. —  Les critiques patriotes allemands. — Exécution de la Damnation de Faust, à Paris. — Je me décide à partir pour la Russie. — Bonté de mes amis.

Dans les lettres précédentes, adressées à M. H. Ferrand, je n’ai rien dit de mon voyage à Breslau. Je ne sais pourquoi je me suis abstenu d’en faire mention, car mon séjour dans cette capitale de la Silésie me fut à la fois utile et agréable. Grâce au concours chaleureux que me prêtèrent plusieurs personnes, entre autres M. Kœttlitz, jeune artiste d’un grand mérite, M. le docteur Naumann, médecin distingué et savant amateur de musique, et le célèbre organiste Hesse, je parvins à donner, dans la salle de l’Université (Aula Leopoldina), un concert dont les résultats furent excellents sous tous les rapports. Des auditeurs étaient accourus des campagnes et des bourgs voisins de Breslau; la recette dépassa de beaucoup celles que je faisais ordinairement dans les villes allemandes, et le public fit à mes compositions le plus brillant accueil. J’en fus d’autant plus heureux que, le lendemain de mon arrivée, j’avais assisté à une séance musicale pendant laquelle l’auditoire ne s’était pas un seul instant départi de sa froideur, et où j’avais vu le silence le plus complet succéder à l’exécution de merveilles, même, telles que la symphonie en ut mineur de Beethoven. Comme je m’étonnais de ce sang-froid, dont je n’ai, il est vrai, jamais vu d’exemple autre part, et que je me récriais sur une pareille réception faite à Beethoven : « Vous vous trompez, me dit une dame très-enthousiaste elle-même, à sa manière, du grand maître, le public admire ce chef-d’œuvre autant qu’il soit possible de l’admirer; et si on ne l’applaudit pas, c’est par respect! » Ce mot, qui serait d’un sens profond à Paris, et partout où les honteuses manœuvres de la claque sont en usage, m’inspira, je l’avoue, de vives inquiétudes. J’eus grand-peur d’être respecté. Heureusement il n’en fut rien; et le jour de mon concert, l’assemblée, au respect de laquelle je n’avais pas, sans doute, de titres suffisants, crut devoir me traiter selon l’usage vulgaire adopté dans toute l’Europe pour les artistes aimés du public, et je fus applaudi de la façon la plus irrévérencieuse.

Ce fut pendant ce voyage en Autriche, en Hongrie, en Bohême et en Silésie que je commençai la composition de ma légende de Faust, dont je ruminais le plan depuis longtemps. Dès que je me fus décidé à l’entreprendre, je dus me résoudre aussi à écrire moi-même presque tout le livret; les fragments de la traduction française du Faust de Gœthe par Gérard de Nerval, que j’avais déjà mis en musique vingt ans auparavant, et que je comptais faire entrer, en les retouchant, dans ma nouvelle partition, et deux ou trois autres scènes écrites sur mes indications par M. Gandonnière, avant mon départ de Paris, ne formaient pas dans leur ensemble la sixième partie de l’œuvre.

J’essayai donc, tout en roulant dans ma vieille chaise de poste allemande, de faire les vers destinés à ma musique. Je débutai par l’invocation de Faust à la nature, ne cherchant ni à traduire, ni même à imiter le chef-d’œuvre, mais à m’en inspirer seulement et à en extraire la substance musicale qui y est contenue. Et je fis ce morceau qui me donna l’espoir de parvenir à écrire le reste : 

« Nature immense, impénétrable et fière!
» Toi seule donnes trêve à mon ennui sans fin!
» Sur ton sein tout-puissant je sens moins ma misère,
» Je retrouve ma force et je crois vivre enfin.
» Oui, soufflez ouragans, criez, forêts profondes,
» Croulez rochers, torrents précipitez vos ondes!
» À vos bruits souverains, ma voix aime à s’unir.
» Forêts, rochers, torrents, je vous adore! mondes
» Qui scintillez, vers vous s’élance le désir
» D’un cœur trop vaste et d’une âme altérée
» D’un bonheur qui la fuit. »

<< Précédent

Suite >>

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Sirènes ou Musicos.

Sirènes ou Musicos. — Noms donnés à un genre de poissons musiciens habitant la baie de Pailon, dans la République de l'Equateur. « C'est au coucher du soleil et pendant la nuit,... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871