Accueil Nous sommes le Dimanche 19 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Aspects de la contrebasse solitaire par Anne Salliot (1994)

Aspects de la contrebasse solitaire - QUATRIEME PARTIE : Théâtre - La voix comme timbre supplémentaire

QUATRIEME PARTIE : Théâtre > La voix comme timbre supplémentaire

2- La voix comme timbre supplémentaire

Privée de ses paroles intelligibles, la voix devient un instrument au même titre que les autres, ou plutôt elle semble le devenir, comme nous le verrons plus loin. Quelques effets sont caractéristiques de l'élargissement de la fonction traditionnelle de la voix.

En fait, le timbre traditionnel de la voix n'est pas rejeté. Comme nous l'avions vu pour le timbre traditionnel de la contrebasse, il peut s'associer à une écriture contemporaine. Dans Valentine (Druckman), J'ai tant rêvé (Kanach), Processus II (Finzi), Silence IV (Léandre), le timbre traditionnel de la voix est accompagné de syllabes diverses, ou mots emprunts au langage courant (sans rapport sémantique).
Exemple 1. Silence IV, de J. Léandre

L'interprète n'assure pas une fonction de soliste. La voix, même dans une technique traditionnelle constitue alors un complément de timbre. Nous pouvons rapprocher cette utilisation de la voix, du quatuor de Betsy Jolas pour soprano et trois instruments à archet. Bien que souhaitant traiter la voix comme un instrument, Betsy Jolas ne parvient pas à lui ôter toute connotation extra-musicale, parce que "la voix est une émanation permanente de la vie, une des preuves de notre existence."1

Dans d'autres séquences, la voix utilise ce pouvoir émotionnel, expressif de façon explicite. Il existe "au delà des mots, un lien étroit entre le timbre de la voix et différents états expressifs [...]"2 Ainsi Macknongam de Scelsi ne semble pas a priori appartenir au genre du théâtre musical. Pourtant la présence d'un cri, renouvelé plusieurs fois au cours de l'oeuvre, engendre une dimension extra-musicale extrêmement marquante. De même, le début de l'oeuvre J'ai tant rêvé de Kanach indique : "faire un râle en aspirant". L'interprète réalise une recherche de timbre sur sa propre voix, pour tenter de s'approcher au maximum de l'intention du compositeur. Il doit transmettre au spectateur-auditeur une information expressive. A l'inverse, si l'indication d'un état implique un timbre caractéristique, le mode de jeu peut suggérer à l'interprète (d'une façon alors subjective, si le compositeur ne donne pas d'autres indications que celle du mode de jeu) ou à l'auditeur, un état expressif.


Exemple 1. Valentine, de J. Druckman

Nous pourrions par exemple traduire le son vocal entendu par un effet de surprise3. Pour l'auditeur quelle que soit la notation, la voix garde son pouvoir suggestif.

Outre ces effets émotionnels, la voix sous-entend des effets instrumentaux. Comme la contrebasse, elle semble se faire percussion. Dans la notice de Zab , Philippe Boivin écrit : "En général, la voix est traitée comme un complément de timbre à la percussion." De même, certaines onomatopées doivent être comprises comme un apport d'énergie supplémentaire aux percussions. Sans parler directement d'effets percussifs de la voix, ceux ci sont suggérés. L'exemple ci-dessous tend encore à faire de la voix un complément de timbre percussif.


Exemple 2. J'ai tant rêvé, de S. Kanach

Comme le geste instrumental, chaque geste vocal est unique. Il existe une multiplicité d'effets vocaux, qui ne sont pas répertoriés dans ce chapitre. Pour une mise en parallèle entre voix et contrebasse, il était important de privilégier quelques effets particuliers. Un tableau4 permet de prendre connaissance d'autres effets vocaux rencontrés dans le répertoire pour contrebasse seule.

1- Betsy Jolas. "Voix et musique", Revue des sciences humaines, 20, janvier- mars 1987, p.121.
2- Ibid., p. 128.
3- Dans l'interprétation de Joëlle Léandre, CD "Joëlle Léandre, contrebasse et voix".
4- Annexe 4 p. X.

<< Précédent

Suite >>

- Table des matières
- Avant-propos
- Introduction
- PREMIERE PARTIE : Présentation de l'instrument
- DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture
- TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument
- QUATRIEME PARTIE : Théâtre
- Conclusion
- Bibliographie
- Annexes

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Musiqueur.

Musiqueur. — Mauvais musicien. (Arg. démodé.)

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871