Accueil Nous sommes le Mercredi 22 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Aspects de la contrebasse solitaire par Anne Salliot (1994)

Aspects de la contrebasse solitaire - QUATRIEME PARTIE : Théâtre - Notation du geste

QUATRIEME PARTIE : Théâtre > Notation du geste

B- Notation du geste

La notation du geste est problématique car le geste implique la notion d'espace.

A propos de la notation chorégraphique (en danse, le mouvement est primordial) Paul Virilio explique : "L'espace, c'est le mouvement, c'est la qualité d'un volume, donc c'est très difficile à noter." Toute manifestation gestuelle appartenant à d'autres domaines (que celui de la danse cité ci-dessus), comme celui du théâtre musical, se confronte à des problèmes similaires.

Les principes de notation peuvent de façon schématique se répartir en deux catégories , définies par la fréquence du geste dans la partition. Un même mode de jeu repris plusieurs fois au cours de la même oeuvre, est souvent représenté par un symbole dans la partition. Ce symbole (idéogramme, ...) renvoie à la notice , qui le rend explicite. La notice précise l'intention du compositeur quant au mode de jeu, ou à l'effet sonore escompté.

Le geste théâtral est fréquemment associé au phénomène d'unicité. (Un geste peut ne pas être reproduit au cours de l'oeuvre). Le geste est unique, et est alors rarement répertorié dans la notice. Citons cependant Piège I de Richer : quelques chiffres romains (I à VI) s'intègrent dans la partition, renvoyant à la notice. Chaque chiffre n'apparaît qu'une fois, chaque geste est unique.

Exemple :
II = "Passer l'archet dans la main gauche, le reprendre à la fin de la seconde ligne dans la main droite, lentement."
III = "décrire un demi-cercle de gauche à droite très lentement en tournant l'archet pour jouer crins et bois ; chacun des gestes doit être suivi du regard par l'interprète, dont l'attitude doit être très soignée."

Dans d'autres oeuvres, le geste unique est défini dans la partition, à l'endroit concerné. La description peut être :
- texte seul
- dessin seul
- texte et dessin réunis pour exprimer un même geste


Le texte révèle des qualités différentes d'une pièce à l'autre. Sortant (Fin II) de Kagel (1960/...) est constitué entièrement de textes où "il n'y a ni notes, ni signes graphiques, ou symboliques, ni aucune de toutes les dernières conquêtes de la notation actuelle, mais où l'on trouve des mots qui décrivent des actions que les interprètes doivent accomplir ensemble."2 Dans cette oeuvre, plusieurs éléments marquent l'importance du geste :

- le texte décrit des gestes qui impliquent "un certain résultat sonore prévisible"3. Kagel ne part pas du son qui suppose un geste, mais du geste qui produit un son.
Exemple : (partie de contrebasse) "retirez le doigt lentement pour produire comme un bruit de crécelle et tapez sur la caisse de l'instrument avec la main droite."
- La séquence Fin II peut être jouée virtuellement, c'est-à-dire "en reproduisant exactement les mouvements nécessaires à l'exécution du texte musical."4
La présence d'un texte programme-d'actions, rattache l'oeuvre "exclusivement au théâtre instrumental qui considère l'action comme l'aspect primordial du spectacle."5 jean-Marie Colin, dans Gestique I alterne textes programmes-d'actions, avec une notation plus traditionnelle. En début de partition, il spécifie : "Bien marquer les gestes". Ainsi, l'interprète peut lire : "Tenir le do grave, jusqu'à la double barre, pizz même corde d'une seule main."

L'instruction peut traduire un effet plus visuel qu'auditif. Au début de J'ai tant rêvé, de S. Kanach "l'interprète doit porter sa contrebasse comme une croix". La fin de l'oeuvre Lignes interrompues de J. Richer indique : "L'archet continue sa course au-delà de l'instrument et reste fixe cinq secondes." L'effet théâtral se situe dans le prolongement direct de l'effet sonore. Le geste qui a impliqué l'effet sonore est ainsi mis en valeur.

Le dessin est un autre procédé de traduction du geste. Le dessin peut être concret (représentation de la contrebasse, de l'interprète), ou abstrait (dessin suggestif). Dans Zab, Alice, le dessin concret est très présent. La partition de Zab est truffée de "petites figurines" qui s'intègrent à la notation purement musicale. "Le théâtre du Nô utilise un système de représentation analogue."6 L'attitude du contrebassiste est représentée, jusqu'à certaines expressions de son visage.


Exemple 1. Zab de P. Boivin

Le mouvement (comme un ensemble de gestes) peut être suggéré par une décomposition des gestes, c'est-à-dire par une succession de dessins.


Exemple 2. Zab, de P. Boivin


Souvent, le dessin s'accompagne d'un symbole suggestif, (flèche, courbe...) qui traduit l'idée de mouvement.

Dans l'oeuvre Lignes interrompues, de J. Richer, le geste est fréquemment suggéré, par des traits, ascendants, descendants, obliques,... :


Exemple 3. Lignes interrompues, de J. Richer
Le texte s'associe également au dessin dans un même but, pour traduire l'intention du compositeur. Dessin et texte se complètent.



Exemple 4. Piège I, de J. Richer

Une fois encore, le phénomène d'individualisation des systèmes de notation resurgit. Nous n'évoquons pas la notation elle-même. Il ne peut y avoir unification des symboles puisque les procédés d'écriture sont eux -même différents d'une pièce à l'autre. Texte, symboles, dessins, intégration ou non du geste dans la partition, représentent la diversité des moyens d'écriture.


1- Paul Virilio, entretien avec Laurence Louppe. Danses tracées, Paris : Dis voir, 1991, p. 47.
2- Mauricio Kagel, "Le théâtre instrumental". Cahiers Renaud-Barrault, "La musique et ses problèmes contemporains ", 1963, p. 294.
3- Caroline Delume. "AproposdeSonant (1960/...) de Kagel", Cahiers du CREM, 4-5, juin septembre 1987, p. 84.
4- Ibid.
5- Ivanka Stoianova. Geste texte musique, Paris : C. Bourgois, 1978, p. 86.
6- Philippe Boivin. Notice CDMC.

<< Précédent

Suite >>

- Table des matières
- Avant-propos
- Introduction
- PREMIERE PARTIE : Présentation de l'instrument
- DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture
- TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument
- QUATRIEME PARTIE : Théâtre
- Conclusion
- Bibliographie
- Annexes

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Cancan.

Cancan. — Danse populaire qui, selon F. Michel, est ainsi nommée, soit parce que les exécutants imitaient la démarche et le cri de l'oie, soit par suite du bruit qu'ils... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871