Accueil Nous sommes le Mardi 21 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Aspects de la contrebasse solitaire par Anne Salliot (1994)

Aspects de la contrebasse solitaire - TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument - Recherche de timbres différents

TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument > Recherche de timbres différents

2- Recherche de timbres différents

Les variations de timbres se trouvent fréquemment exigées dans les partitions. Elles naissent d'un agencement des différents timbres engendrés par la diversité des générateurs, et des endroits de frappe.
La main constitue le principal générateur du son. Bertram Turetzky distingue cinq techniques différentes qui produisent cinq timbres différents : le pouce, la paume, le bout des doigts, les ongles, le dos de la main.1 Joëlle Léandre explique : "J'emploie les mains, les os, sur le côté, partout."2 D'une oeuvre à l'autre, les exigences concernant les générateurs sont différents, et exprimés avec plus ou moins de précisions.

- Improvisations pour contrebasse seule, de Kurtz : articulation, plat de la main, les doigts, le pouce.
- Valentine, de Druckman : doigts de la main droite ou de la main gauche. Une baguette de timbale constitue un autre générateur du son (présence "rare" d'un objet extra-instrumental).
- Piège I, de Richer : les ongles.
- Zab, de Boivin : la précision semble maximale, avec l'utilisation du gras du deuxième doigt à plat et bien raide, le tranchant extérieur du pouce, la deuxième phalange..., la tête (Philippe Boivin spécifie dans la partition "attention aux bosses" ! )

D'autres oeuvres, Gestique I de Colin, J'ai tant rêvé de Kanach, ne nomment pas de générateurs précis, il est sous-entendu qu'il s'agit alors de la main.

La plupart des oeuvres citent comme endroit de frappe, la caisse, la table, laissant le soin à l'interprète de chercher une localisation précise, pour un timbre approprié. De même que les générateurs sont extrêmement précis dans Zab de Boivin, les endroits de frappe y sont soigneusement décrits (cf. exemple 1 p. 93 ).

Les exigences concernant les variations de timbres s'affirment dans les partitions et reflètent cette préoccupation commune aux compositeurs. Dans les oeuvres, où seule la caisse est nommée comme endroit de frappe, l'interprète prend conscience de l'importance de la richesse des timbres, par des indications diverses. Dans Improvisations pour contrebasse seule, le contrebassiste, par le symbole doit déplacer ses deux mains de haut en bas. Valentine, de Druckman, Gestique 1 de Jean-Marie Colin font apparaître encore plus nettement la recherche de timbres différents successifs. La première oeuvre indique : "la frappe sur la table doit changer de place pour que le timbre change." (symbole )


Exemple 1. Valentine, de J. Druckman

J. M. Colin écrit dans Gestique 1 : "exécuter des effets variés sur la caisse et les différentes parties de l'instrument, bien marquer les diverses sonorités possibles."

Dans une partition, comme celle de Zab de Boivin, ou chaque endroit, et technique de frappe sont indiqués par un symbole, l'interprète n'est pas libre dans la recherche de variation de timbre ; il traduit gestuellement la succession de symboles écrits.


Exemple 2. Zab, de P. Boivin

Différents modes de jeux s'enchaînent, avec des rythmes différents : frappe simple (doigts 1, 2, 3, serrés à plat), frappe sourde (articulation paume poignet), frappe sèche (tranchant extérieur du pouce)...

L'écriture percussive de Zab, est fondée sur la technique du zarb iranien, d'un extrême raffinement, basée sur la diversité des attaques, et permettant plusieurs hauteurs de sons. Philippe Boivin demande effectivement, d'"accorder la plus grande importance à la qualité de la frappe, aux accents, ainsi qu'aux nuances, afin de bien faire ressortir les différents plans. Ne pas hésiter à exagérer les contrastes."3

1- Bertram Turetzky. Op. cit., p. 29.
2- Joëlle Léandre. Documentation CDMC.
3- Philippe Boivin. Zab, ou la passion selon Saint Nectaire, inédit, notes d'interprétation.

<< Précédent

Suite >>

- Table des matières
- Avant-propos
- Introduction
- PREMIERE PARTIE : Présentation de l'instrument
- DEUXIEME PARTIE : Quelques aspects de l'écriture
- TROISIEME PARTIE : Exploration de l'instrument
- QUATRIEME PARTIE : Théâtre
- Conclusion
- Bibliographie
- Annexes

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Sangsue (Poseur de).

Sangsue (Poseur de). — Jeu de mots burlesque que les perruquinistes avaient le mauvais goût d'appliquer aux propagateurs des œuvres de Beethoven.

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871