Accueil Nous sommes le Dimanche 19 Novembre 2017
Rechercher sur metronimo.com avec
Google
Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Español

Accueil de la bibliothèque > Argot musical ARGOT MUSICAL - Académie nationale de musique. > Académie nationale de musique.

Académie nationale de musique.

Théâtre de l'Opéra. (Argot officiel.)

Cette Académie n'a rien de commun avec le fameux jardin d'Academus où s'épanouirent, il y a deux mille ans, les théories de l'amour platonique.

Ce fut un poète musicien, Antoine de Baïf, qui dota la langue de cet argotisme.

« Après un long séjour à Venise, dit Castil Blaze dans son histoire de l'académie de musique, Baïf désirant faire connaître, au moins par fragments, les opéras qu'il avait admirés, et donner une idée du drame lyrique naissant à ses compatriotes, fit exécuter à Paris des scènes italiennes traduites et des cantates de sa façon. Les exercices des musiciens qu'il réunissait en sa maison de la rue des Fossés-Saint-Victor ne pouvaient être appelés opéras, puisqu'ils étaient privés de théâtre et de mise en scène. Baïf leur donna le nom d'Académie, traduction d'accademia, qui signifie concert en italien; le mot concert n'ayant pas encore dans notre langue le sens qu'il reçut plus tard à l'endroit de la musique. Les lettres patentes accordées à Baïf par le roi Charles IX, en 1570, autorisent l'établissement d'une académie de musique, c'est-à-dire un concert de musique. En 1668, lorsque Perrin sollicitait le privilège d'un théâtre où le drame lyrique parut avec tous ses moyens de séduction, le brevet accordé cent ans auparavant fut remis en lumière. Le titre d'Académie annonçait à peu près le contraire du spectacle projeté, mais ce titre était déjà consacré par une patente royale; Perrin demandait ce que Baïf avait obtenu; malgré son inconvenance, académie de musique fut adopté. On ajouta le mot royale, pour donner plus de solennité, plus de pompe à ce titre. »

Vers 163o, une réunion de littérateurs s'étaient emparés du néologisme créé par Baïf pour s'intituler l'Académie des beaux esprits, œuf d'où, cinq ans plus tard, devait éclore l'Académie française. On voit que la docte assemblée a, de par ce larcin, une origine musicale dont cependant elle ne daigna se souvenir qu'une seule fois, en 1780, en offrant son neuvième fauteuil au sieur Chabanon. Le poète Lemierre, avec lequel ce candidat se trouvait en concurrence, s'écriait piteusement : « M. de Chabanon l'emportera; il joue du violon et moi je ne joue que de la lyre. »

En effet, Chabanon entra à l'Académie; son plus grand titre était son talent sur le violon dont il jouait dans le concert des amateurs, dirigé par le chevalier de Saint-Georges, à l'hôtel Soubise.

Cette réception fut saluée de l'épigramme suivante :

A Foncemagne on veut, dit-on,
Pour le fauteuil soporifique,
Faire succéder Chabanon;
Mais son mérite académique?
— Aucun. H est grand violon.
Dans le sein de la compagnie
Manquant d'accord et d'unisson
Il rétablira l'harmonie.

<< Précédent

Suite >>

Rechercher dans cet ouvrage :

Imprimer cette page

Argot musical : Citron.

Citron. — Note aigre. Est-ce une façon polie d'insinuer que l'artiste qui la commet est, comme on dit en argot de barrière, tombé dans la limonade ? On va voir que... Suite

Cliquez ici pour lire d'autres argots musicaux.

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871